Accueil Actualités Compte-rendu séance plénière du 14 décembre 2020

Compte-rendu séance plénière du 14 décembre 2020

La séance plénière du 14 décembre 2020 a été marquée par le vote du budget primitif pour l’année 2021, le dernier budget de la mandature. Celui-ci s’élève à 1,96 milliard, prévoyant une hausse des dépenses obligatoires notamment du RSA (265,8M€, soit +9,4% entre BP2020 et BP2021).

Budget primitif 2020

Malgré la crise sanitaire et l’incertitude quant aux futures recettes, le Département poursuit sa politique d’investissements, lesquels atteignent 271M€ et dépassent le Milliard d’Euros au terme des 6 années de la mandature. Cela permettra de financer le plan Collège ambition 2024 et le déploiement de la fibre dans tous les foyers girondins. Le Département continue à agir pour une agriculture plus durable, pour les mobilités alternatives à la voiture en solo et la lutte contre la précarité énergétique.

Intervention Stéphane Saubusse

Monsieur le Président, mes chers Collègues,

Face à l’incertitude budgétaire de notre collectivité, incertitude constamment entretenue par les atermoiements gouvernementaux, le groupe écologiste souscrit complètement au mot d’ordre général de ce débat d’orientation budgétaire : limitation des dépenses de fonctionnement et priorité à l’investissement.

Évidemment, nous saluons tout d’abord le fait que le Département confirme son penchant pour la sobriété heureuse en diminuant encore les charges externes (de 2%). Dans le même temps, malgré ces restrictions budgétaires, malgré l’ubuesque pacte de Cahors et l’insuffisance de la relance gouvernementale -40M c’est bien… mais c’est peu- nous faisons face à notre obligation de solidarité humaine et territoriale, une hausse de 4,5% du RSA est prévue alors que les allocations concernant les personnes âgées ou handicapées devraient être maintenues.

A propos de solidarité, il est grand temps que, conformément aux promesses plusieurs fois réitérées ces dernières années, Bordeaux Métropole et les Communautés de Communes démographiquement les plus dynamiques prennent leur part dans le financement du SDIS. En 2021, le Département augmenterait encore sa participation de plus d’un million d’euros, hors prime de feu.

Alors que la crise économique et sociale, conséquence de la pandémie, aggrave les inégalités et la progression de la misère, toute politique d’austérité serait dévastatrice … C’est pourquoi, nous souhaitons souligner l’effort envisagé en 2021 par le Département en matière de ressources humaines avec la création d’une quarantaine de postes dont 26 en collège.

Justement, l’année prochaine, nous devrions voir sortir de terre plusieurs réalisations issues du programme Collège Ambition 2024 pour un investissement minimum de 150 millions d’euros. Avec une prévision d’investissement total record de 271 millions d’euros (57 millions de plus que cette année), le Département prend ainsi l’initiative de la relance locale, urgente et nécessaire pour maintenir l’emploi et le dynamisme girondin. Enfin, le manque de visibilité actuel ne doit pas nous empêcher d’envisager des perspectives et des priorités financières pour les années à venir. En effet, la stratégie de résilience que nous avons votée nous oblige à voir plus loin qu’un unique exercice budgétaire. En nous inspirant des préconisations du panel citoyen, nous pourrions d’ores et déjà envisager un budget climat qui fixe des priorités ambitieuses pour le monde d’après : restauration de la biodiversité, développement des énergies renouvelables, lutte contre l’auto-solisme ou généralisation des circuits courts.

Mobilités : favoriser les alternatives à la voiture en solo

Intervention de Laure Curvale, vice-présidente

Présentation de la politique mobilités et de la politique des transports maritimes départementaux pour 2021 :

1. Les aires de covoiturage

  • En léger recul à cause de la crise sanitaire et des mesures de distanciation physique
  • Bilan du plan de relance initié en 2017 : 2600 places de parking réparties sur 115 aires
  • Extension en 2020 de l’aire de Mios (à proximité de la RD660)
  • Création et extensions d’aires prévues, le long des axes pénétrants de la Métropole

2. Les voies dédiées au covoiturage et au transport en commun

En partenariat avec Bordeaux Métropole et les territoires concernés (mairies, EPCI), trois voies dédiées au covoiturage ont pu être inaugurées en 2020 :

  • RD 936 entre la Métropole et la future déviation de Fargues-Saint-Hilaire
  • RD 106 entre Mérignac et Saint-Jean-d’Ilac
  • RD 113 entre Bouliac et Camblanes-et-Meynac

En 2021, le volet opérationnel du Schéma des mobilités des Hauts-de-Garonne sera lancé. En coopération avec la Métropole, la Région et le syndicat « Nouvelle Aquitaine mobilités » une grande enquête ménages-déplacements est prévue. Elle permettra de réactualiser les données et ainsi de mieux répondre aux attentes des usagers.

3. Politique cyclable

Le Département continue de développer son réseau cyclable. En 2020, la continuité cyclable entre le pont Eiffel et le pôle de Saint André de Cubzac a été achevée. En 2021, les itinéraires existants entre Léognan et Martignac ; et de Saint-Macaire à Castets-en-Dorthe seront prolongés. Le Département va poursuivre la réflexion avec celui de Dordogne pour assurer les interfaces entre les deux Départements.

Expérimentation du chaucidou

Le chaucidou, ou « chaussée à voie centrale banalisée » est une voie partagée entre automobilistes et cyclistes. Pour permettre aux vélos de longer la côte en toute sécurité une expérimentation a été menée dans le Médoc avec une signalétique renforcée et une baisse de la vitesse des véhicules motorisés.

Plan départemental de déplacement à vélo

  • Plan vélo collèges : après le diagnostic stationnement réalisé en 2018 dans les établissements, l’enquête sur les mobilités (2019-2020) auprès des collégiens a reçu 13.000 réponses.
  • 10 collèges pilotes ont été choisis pour mettre en place des itinéraires et aménagements sécurisés et adaptés aux besoins des élèves

4. Service des bacs de Gironde

En 2020, le service des bacs a été maintenu malgré la crise pour favoriser les usagers réguliers.

Actions prévues en 2021

  • Bilan des nouveaux tarifs (grille tarifaire révisée) : en 2021 pour avoir des résultats fiables sans effet « Covid ». Avec 4 000 passages en plus de vélos cet été (au total 38 684), tout semble indiquer que les nouveaux tarifs incitent les cyclistes à emprunter les bacs. Les abonnements et les titres 10 passages sont aussi en hausse.
  • Réflexion autour de carburants alternatifs
  • Refonte du système billettique
  • Travaux sur les installations et les équipements pour garantir la sécurité des usagers et des employés

Le Budget de 15,5M€ est équilibré sans subvention du Département.

Délégation Transition énergétique et précarité énergétique

Intervention de Laure Curvale

5 ans après la signature de l’accord de Paris, le bilan au niveau mondial est plus qu’alarmant : nous sommes sur une trajectoire d’augmentation de la température de plus de 3°C d’ici la fin du siècle, loin de l’objectif 1,5°C nécessaire pour conserver une planète vivable.Dans ce contexte, le programme d’action du Département pour la transition énergétique et la lutte contre la précarité énergétique répond à trois défis majeurs pour 2021 :

1.La mise en œuvre de la stratégie de neutralité carbone

  • Mise en place du Plan d’action 2020-2023 du BEGES (bilan des émissions de gaz à effet de serre de la collectivité) : une priorité car le Département est dépendant des énergies fossiles à 79% !

2. L’accompagnement des territoires à la maîtrise de l’énergie et au développement des énergies renouvelables

  • Schéma directeur de rénovation : rénovation de bâtiments publics avec le CAUE (Conseil d'Architecture d'Urbanisme et de l'Environnement) et l’ALEC (Agence locale de l’Énergie et du Climat)
  • Contrat d’objectif territorial de développement des énergies thermiques renouvelables (« COT EnR ») : atteindre les objectifs fixés par l’accord cadre passé avec l’ADEME, de 45 installations d’énergies renouvelables thermiques (biomasse, géothermie, solaire thermique).

3. La poursuite de la lutte contre la précarité énergétique (SLIME 33)

  • En 2020 : 710 diagnostics réalisés sur un objectif de 1000, malgré la crise sanitaire !
  • En 2021, objectif de 1000 ménages accompagnés, en partenariat avec le CREAQ, la MPS, SOLIHA, la fondation Abbé Pierre, les compagnons bâtisseurs
  • Expérimentation du Capteur Bon’Air : 1000 capteurs (détection taux d’humidité dans l’air)

Budget : 1,754M€ pour 800.000 recettes

Motion adoptée – qualité de l’air

  • Motion pour une meilleure qualité de l’air - L’État doit agir en cohérence avec le nouvel indice Atmo

Laisser un commentaire